Danser en temps de pandémie

Les étudiantes de deuxième année présentent leur spectacle de fin de session sous la direction de Caroline Laurin-Beaucage.

8 Décembre 2020 à 17H18

COVID-19: tous les articles
Toutes les nouvelles entourant la COVID-19 et les analyses des experts sur la crise sont réunies dans cette série.

Les étudiantes en danse ont présenté le 7 décembre dernier leur spectacle de fin d’année intitulé 42,2 KM de poésie, une série d’improvisations solo d’une durée de 25 minutes chacune.
Photo :Nathalie St-Pierre

Les étudiantes de deuxième année du baccalauréat en danse ont présenté le 7 décembre dernier leur spectacle de fin d’année intitulé 42,2 KM de poésie, une série d’improvisations solo d’une durée de 25 minutes chacune. Conçu par la professeure invitée du Département de danse Caroline Laurin-Beaucage, le spectacle, sans public et sans contact entre les danseuses, avait lieu à la salle des Boiseries du pavillon Judith-Jasmin. L’événement était aussi retransmis en direct sur le site web du Département de danse.

Dans le cadre du cours d’improvisation donné par la professeure invitée, les 11 étudiantes devaient explorer l’improvisation solo en dansant dans divers environnements comme un parc, une ruelle, une place publique et dans différents espaces du pavillon de Danse. On peut voir des photos de l’une de ces séances d’improvisation tenue au parc Lafontaine sur le site d’Actualités UQAM.

Le spectacle témoigne des expériences vécues par les étudiantes durant cette session particulière de dix semaines. Chacune des interprètes a effectué, à tour de rôle, son solo dans un cube de 12 pieds par 12 pieds, accompagnée d’une bande sonore présentant ses réflexions personnelles.

Dans les conditions actuelles qui régissent l’art vivant, 42,2 KM de poésie se veut un acte empreint de poésie où le souffle de chacune devient un grand souffle commun de vie et de mouvement.

PARTAGER