Le monde de Mark West

L'exposition rouvrira ses portes le 3 août prochain.

10 Mars 2020 à 15H05, mis à jour le 23 Juillet 2020 à 11H15

Présentée au Centre de design, l'exposition rouvrira ses portes pour quatre semaines supplémentaires du 3 au 27 août prochains.
Photo :Nathalie St-Pierre

Fermé en raison de la pandémie, le Centre de design rouvrira ses portes du 3 au 27 août prochains en présentant de nouveau l'exposition consacrée au travail de Mark West.

Architecte, artiste et chercheur passionné par le béton, Mark West crée une œuvre foisonnante, à la fois technique et surréaliste. Cette exposition propose en un même lieu l’éventail très large de ses dessins visionnaires et de ses constructions énigmatiques. «Le béton sous toutes ses coutures» invite le visiteur à naviguer dans cet univers où le béton passe d’un matériau brut et rigide à une matière sensuelle qui révèle dans ses formes sa plasticité d’origine.

Dessins, collages, moulages, coffrages textiles : les formes semblent émerger par elles-mêmes de son travail. «Il y a une trentaine d’années, alors que j’étais encore étudiante, le nom de Mark West était déjà légendaire pour ses dessins fabuleux et l’univers surréaliste qu’ils dégagent, note Louise Pelletier, directrice du Centre de design et cocommissaire de l’exposition avec l’artiste. C’est à peu près à cette époque que Mark a commencé à explorer différentes techniques de moulage du béton dans des coffrages flexibles pour traduire dans la matière ses expérimentations spatiales et formelles.»

D’abord constructeur, Mark West a commencé sa vie professionnelle comme charpentier. Formé en architecture à la prestigieuse Cooper Union for the Advancement of Science and Art de New York, il a, depuis 1981, enseigné dans de nombreuses universités en Amérique du Nord, en Europe et en Turquie, tout en poursuivant sa carrière d’artiste, d’inventeur et de chercheur indépendant. Il a, entre autres, donné des cours et des ateliers au Massachusetts Institute of Technology, à l’Académie royale des beaux-arts du Danemark et à l’Université d’Édimbourg.

En 1998, l’architecte a fondé à l’Université du Manitoba le Centre for Architectural Structures and Technology (CAST), le premier laboratoire/studio universitaire dédié à la technologie du coffrage textile. Contrairement aux moules rigides en bois ou en acier utilisés depuis la Rome antique pour couler le béton, les coffrages textiles permettent l’exploration de nouvelles formes – surprenantes, organiques et même souvent sensuelles – issues de l’interaction entre le béton humide et le tissu. Les coffrages sont développés à partir de moulages en plâtre à petite échelle utilisant des tissus très légers. Les modèles sont ensuite agrandis pour produire les coffrages à grande échelle utilisant des tissus géotextiles puissants.

«Conjointement, le béton et le tissu calculent de nouvelles formes précises de repos mutuel, inventant sans effort de nouvelles formes de résistance qui équilibrent parfaitement la tension de la peau contre la pression fluide du béton», expliquent les deux cocomissaires dans la présentation de l’exposition.

En 2017, Mark West s’est installé à Montréal pour fonder l’atelier Surviving Logic, où il poursuit ses explorations architecturales et visuelles. «J’ai eu la chance de visiter son atelier et j’ai pu constater l’ampleur du travail réalisé depuis les quatre dernières décennies, mais surtout le lien étroit entre sa recherche que l’on pourrait qualifier d’artistique et sa traduction dans le développement et l’utilisation de techniques de construction très concrètes, efficaces et même pragmatiques, raconte Louise Pelletier. C’est là que je me suis dit qu’il fallait absolument présenter ce travail.»

Le Centre de design est ouvert du lundi au jeudi. Afin de respecter les consignes de la santé publique, l'inscription est obligatoire pour visiter l’exposition. Pour plus d'information, il suffit de consulter le Guide du visiteur 2020-2021.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE