Lectures de novembre

Notre sélection mensuelle d'ouvrages publiés par des professeurs, chargés de cours, étudiants, employés, diplômés ou retraités de l'UQAM.

9 Novembre 2020 à 16H35

Série «Titres d'ici»

Une loi contestée

La place qu’occupe la religion dans l’espace public provoque des débats difficiles dans la société québécoise. Adoptée par le gouvernement de la CAQ en 2019, la Loi sur la laïcité de l’État en est la plus récente illustration. Sous la direction des professeures Leila Celis, du Département de sociologie, Dia Dabby, du Département des sciences juridiques, Dominique Leydet, du Département de philosophie, et Vincent Romani, du Département de science politique, l’ouvrage Modération ou extrémisme? Regards critiques sur la loi 21 examine le traitement de la laïcité et de la religion au Québec au moyen de différentes perspectives disciplinaires. Il questionne les choix politiques du gouvernement de la CAQ ainsi que les conséquences possibles de la loi 21. Vincent Romani analyse les stratégies et arguments utilisés pour protéger le projet de loi des accusations de racisme. Leila Celis et la professeure de l’Université d’Ottawa Leila Benhadjoudja démontrent comment le débat parlementaire a contribué à renforcer des attitudes racistes à la base de la discrimination à l’emploi. Dominique Leydet s’intéresse aux principes démocratiques et à l’attitude du gouvernement dans le cadre du processus d’adoption de la loi. Dia Dabby se penche pour sa part sur les choix de vocabulaire juridique faits par les rédacteurs de la loi en regard de la jurisprudence canadienne. Publié aux Presses de l’Université Laval.

Littératie, art et culture des jeunes

Consommation culturelle éclatée et branchements technologiques sont omniprésents dans la réalité de la jeunesse québécoise. Dans leurs pratiques culturelles informelles, les jeunes d’aujourd’hui s’approprient des contenus variés qui proviennent de partout et qui défilent à toute allure sur leurs écrans. Ils détournent parfois les fonctions des médias et créent de nouvelles formes d’expression : contre-pub, remix, mash-up, mème, etc. Comme certains artistes et auteurs actuels, ils combinent et croisent les processus, faisant des allers-retours entre la réception et la création, les apprentissages formels et informels, les modes de représentation analogiques et numériques. Le domaine de l’enseignement demeure toutefois peu perméable à ces transformations, notent les professeures Moniques Richard (arts visuels et médiatiques) et Nathalie Lacelle (didactique des langues). Avec Croiser littératie, art et culture des jeunes, elles proposent un ouvrage visant à enrichir l’enseignement des arts et des langues de préoccupations ouvertes sur la littératie multimodale, l’hybridité des pratiques de création ainsi que la diversité culturelle. Réunissant les contributions d'une vingtaine de collaborateurs, leur collectif est divisé en trois parties portant sur les pratiques créatives informelles des jeunes, les croisements disciplinaires en milieu scolaire et les interactions entre créateurs et jeunes. Publié aux Presses de l'Université du Québec.

Question sociale et citoyenneté

Dans les démocraties libérales, les régimes de citoyenneté sont traversés par une tension constitutive entre les promesses de liberté et d’égalité, d’une part, et l’expérience de multiples formes de dépendances et d’inégalités sociales, d’autre part. Cette tension est au cœur de l’ouvrage collectif Question sociale et citoyenneté: la dimension politique des régulations sociales, XIXe-XXIe siècles, publié sous la direction des professeurs Martin Petitclerc, du Département d’histoire, et Louise Bienvenue (Ph.D. histoire, 2000), de l’Université de Sherbrooke, ainsi que des chercheurs Cory Verbauwhede (UQAM), Martin Robert (Université d’Oxford) et David Niget (Université d’Angers). Les auteurs qui ont contribué à l’ouvrage proposent des analyses historiques portant sur la régulation d’une variété de problèmes sociaux au Québec et en France: protection de l’enfance, rééducation des délinquants, gestion de la pauvreté, préservation de la santé au travail, etc. Le concept de régulation sociale désigne ici les processus de création et de transformation des règles de la vie collective. Offrant de nouvelles perspectives de recherche, cet ouvrage permet de mieux comprendre l’histoire des politiques sociales et des institutions de prise en charge des inégalités, des marginalités et des déviances. Paru aux Presses de l’Université du Québec.  

L’imaginaire de la machine

Depuis le mythe antique de Galatée (une statue rendue vivante grâce à la déesse de l’amour Aphrodite), l’objet qui s’anime traverse les âges et les arts. Comment l’imaginaire contemporain s’est-il emparé de la machine? L’ouvrage collectif L’âge des postmachines, publié sous la direction du professeur du Département d’études littéraires Jean-François Chassay et de la chercheuse de l’Université de Lille Isabelle Boof-Vermesse, répond à cette question. Divers auteurs convoquent la littérature et le cinéma pour comprendre la spécificité des machines, tout en explorant leur matérialisation dans les arts visuels, les dispositifs d’écrans, la bande dessinée et les jeux vidéo. L’ouvrage montre aussi que la représentation de la machine, sa symbolique et les récits qui lui sont associés sont tributaires du discours sur le progrès et de notre rapport à la technique (aux technologies numériques notamment), dont les conséquences imprévisibles pour l’humanité ont rendu nécessaire le débat philosophique. Enfin, il se penche sur la symbiose imaginée ou réelle entre l’humain et la machine, laquelle nourrit les théories et fantasmes autour d’une posthumanité ou du transhumanisme. Paru aux Presses de l’Université de Montréal.

L’univers lucratif des petits pots

La poète et traductrice Daphné B. (M.A. études littéraires, 2017) propose dans son troisième livre, Maquillée, une incursion dans le monde fascinant des influenceurs et influenceuses. Dans cet ouvrage hybride, où se mélangent la poésie, l’autofiction et l’analyse sociologique, l’autrice nous raconte les bons coups et les drames des makeup gurus, qui attirent des millions de vues sur leurs chaînes YouTube ou leurs comptes Instagram à coup de tutoriels de maquillage ou de commentaires. Plus que les célébrités et les designers, ce sont désormais ces influenceurs et influenceuses qui dictent les nouvelles tendances beauté. Leur popularité est telle que certains, comme Shane Dawson et son associé Jeffree Star, n’hésitent pas à lancer leur propre ligne de maquillage. Ces deux étoiles du web, qui cumulent plus de 39 millions d’abonnés sur YouTube, ont lancé la palette d’ombres à paupières Conspiracy en 2019. «Moins de quatre heures plus tard, avant même que je puisse moi-même me procurer la palette, 1,1 million d’unités se sont envolées et toute la marchandise de la collection est en rupture de stock», écrit l’autrice. «Follower» obsessive, Daphné B. présente une réflexion personnelle sur l'univers de la beauté, une méditation lyrique sur un secteur économique en pleine croissance. Publié chez Marchand de feuilles.

Le management dans les organisations publiques

Qu’est-ce que le secteur public? Comment distingue-t-on aujourd’hui management de gestion et management d’administration? Quelle est la portée de ces distinctions? Quelles sont les règles de la gouvernance supérieure des organisations publiques? Voilà quelques-unes des questions auxquelles le chargé de cours Jacques Bourgault répond dans Pratiques du management dans les organisations publiques au Canada et au Québec. «D'abord conçu comme soutien pédagogique à un cours de management des organisations publiques, cet ouvrage examine la pratique du management public au gouvernement fédéral du Canada et au gouvernement du Québec, de même que dans ses principaux réseaux», note l'auteur, qui fut professeur au Département de science politique et qui est aujourd'hui professeur associé à l'École nationale d'administration publique. Son ouvrage, qui présente la gouvernance supérieure des organisations publiques avant de décrire les grandes fonctions de gestion, privilégie l’application de concepts sur des problématiques concrètes et n’insiste que minimalement sur des présentations de théories. Les chapitres comportent des exemples, des éléments pour la discussion en ateliers, des exercices de compréhension et de révision, facilitant ainsi l'apprentissage et l'enseignement. En outre, l'ouvrage met en exergue les perspectives de développement contemporain des concepts traités. Paru chez JFD Éditions.

PARTAGER