En ouverture des RVQC

Les nôtres de la chargée de cours Jeanne Leblanc donnera le coup d’envoi des Rendez-vous Québec cinéma.

25 Février 2020 à 14H38

Le film Les nôtres de la réalisatrice et chargée de cours à l’École des médias Jeanne Leblanc (B.A. communication, 2001) donnera le coup d’envoi de la 38e édition des Rendez-vous Québec Cinéma (RVQC, anciennement les Rendez-vous du cinéma québécois). La soirée aura lieu le mercredi 26 février prochain au Cinéma impérial, à 19 h. «C’est un événement à la fois enivrant et apeurant, constate la cinéaste. Les RVQC font des choix de plus en plus pointus dans leur programmation et c’est un honneur d’y participer.» Une autre projection aura lieu le 5 mars prochain, toujours dans le cadre des Rendez-vous.

Le thriller psychologique se déroule dans le village paisible de Sainte-Adeline (village fictif). Il met en scène Manuel, fils adoptif du maire de l’endroit, et Magalie, une joueuse de soccer de 13 ans ayant récemment perdu son père dans un terrible accident. Interprétée par Émilie Bierre (Les beaux malaises, L’Échappée, Une colonie…), la jeune fille se sent aussi incomprise de sa famille que de ses amies. Les deux adolescents se retrouveront bien malgré eux au cœur d’un scandale qui ébranlera cette communauté «tissée serrée». Face au drame, les habitants de Sainte-Adeline seront forcés de laisser tomber leurs masques, de révéler leur vraie nature et d’affronter leurs contradictions.

«Le film explore les silences complices, les secrets, les faux-semblants au sein d’une communauté à l’apparence irréprochable», précise Jeanne Leblanc, qui a coécrit le long métrage en collaboration avec la comédienne Judith Baribeau (B.A. danse, 1996), qui tient également un rôle dans le film. «Tous les personnages du film sont à la fois coupables et non coupables, ils ne veulent pas se mettre en danger», poursuit la cinéaste.

Le film a été tourné à l’été 2018, «soit durant une saison de soccer jusqu’à la rentrée des classes», dans plusieurs villes aux alentours de Montréal. «Pour recréer notre petite ville typique du Québec avec son centre culturel, son bar et son école secondaire, nous nous sommes promenés autour de Montréal à la recherche de ces villes moyennes entre 20 000 et 40 000 habitants qui se ressemblent pas mal toutes au final, afin de déterminer les différents endroits clés du film», explique Jeanne Leblanc.

La cinéaste aime beaucoup tourner avec les adolescents. «Ils sont dans la découverte et, sur le plateau de tournage, je me trouve dans le même état d’esprit qu’eux», lance celle qui enseigne la réalisation et l’assistance à la réalisation aux étudiants de deuxième et troisième année du baccalauréat en cinéma.

La distribution du film comprend également Marianne Farley (aussi productrice du film), qui incarne la mère endeuillée et résiliente de Magalie, Guillaume Cyr et Paul Doucet (B.A. art dramatique, 1995).

Jeanne Leblanc a réalisé une dizaine de courts métrages qui se sont démarqués dans les festivals, tant au niveau national qu’international. En 2017, elle a réalisé son premier long métrage, Isla Blanca, un drame intimiste sur le retour au bercail d'une jeune fugueuse. La cinéaste planche actuellement sur son troisième long métrage, Le paria, en plus d’écrire un projet de télésérie destinée aux plateformes web.

Le film Les nôtres prendra l’affiche au Québec le 13 mars prochain. Jeanne Leblanc échangera avec le public après la projection du film le 13 mars au Quartier latin et le 15 mars au Cinéma Beaubien.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE