Prix du CORIM 2019

Marie-Claude Savard étudiera l’impact des pratiques de gestion occidentales sur la société civile dans les pays du Sud.

10 Janvier 2020 à 8H46

Pierre-Marc Johnson, ancien premier ministre du Québec et président du conseil du CORIM, la doctorante Marie-Claude Savard, Pierre Lemonde, président-directeur-général du CORIM, et François Chagnon, trésorier du CORIM.

La doctorante en administration et chargée de cours de l’École des sciences de la gestion (ESG UQAM) Marie-Claude Savard (M.A. gestion de projet, 2017) est la lauréate 2019 du prix du Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM). Ce prix consiste en une bourse de stage d’une valeur de 20 000 dollars offerte à un étudiant ou à une étudiante au doctorat qui désire réaliser un projet de recherche relié au domaine des relations internationales. Le stage doit s’effectuer dans un établissement d’accueil à l’extérieur du Canada.

Dans le cadre de sa thèse, Marie-Claude Savard s’intéresse à l’impact des pratiques de gestion occidentales sur les organisations de la société civile dans les pays du Sud, en particulier sur la façon dont celles-ci affirment leur autonomie vis-à-vis leurs donateurs et collaborateurs occidentaux dans un contexte d’aide internationale.

Directrice adjointe de l’Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH), où elle coordonne des activités de recherche sur des enjeux d’aide internationale, la doctorante cumule une vingtaine d’années d’expérience en tant que professionnelle en management au sein d’organismes à but non lucratif. Elle a été responsable, pendant 12 ans, de la gestion de programmes de coopération et d’aide au développement pour diverses agences canadiennes.

Grâce à la bourse du CORIM, Marie-Claude Savard compte effectuer différents séjours de recherche, notamment au Vanuatu, un archipel de la Mélanésie dans le Pacifique Sud.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE