Jouer à Minecraft en gestion de projet

Le jeu permet de simuler virtuellement les étapes d'un projet tout en expérimentant l'approche agile.

3 Novembre 2020 à 14H38

Le jeu permet de simuler virtuellement les étapes d'un projet tout en expérimentant l'approche agile.
Photo :Thibaut Coulon

Qui a dit qu’il était impossible d’intégrer des stratégies pédagogiques actives en enseignant à distance? Dans le cadre du cours Introduction à la gestion de projet, deux professeurs et une chargée de cours de l’ESG UQAM ont proposé à leurs étudiantes et étudiants de simuler un projet sur une plateforme virtuelle. En équipe de cinq ou six, les apprentis gestionnaires devaient construire, à l’aide de la version éducative du jeu vidéo Minecraft, une maquette des infrastructures olympiques pour la candidature fictive de Montréal en 2028.

Les équipes avaient trois heures pour développer leur projet. Chacun des membres jouait un rôle dans la planification, l’exécution ou la présentation au client. Trois périodes de discussion visant à améliorer le travail d’équipe étaient prévues à des moments précis. À la fin de l’activité, chaque équipe devait rédiger un rapport pour évaluer ses apprentissages.

Cette simulation, à laquelle participent quelque 150 étudiantes et étudiants chaque trimestre, était traditionnellement réalisée avec des blocs Lego. Avec la pandémie et l’obligation de tenir la grande majorité des cours à distance, les professeurs Thibaut Coulon, du Département de management, Simon Bourdeau, du Département d’analytique, d’opérations et technologies de l’information, et la chargée de cours Marie-Claude Petit, du Département de management, ont adapté l’activité en mode virtuel.

Le jeu vidéo collaboratif Minecraft, l’un des plus populaires au monde, a été sélectionné comme outil pour construire les maquettes. «Le principe de Minecraft est similaire à celui des blocs Lego, mais avec un degré de complexité plus élevé, souligne Thibaut Coulon. Afin que les aspects techniques du jeu ne freinent pas les apprentissages en gestion de projet, nous avons créé un tutoriel et des capsules vidéo de présentation pour que tous et toutes soient au même niveau.» 

Un moyen pour apprendre

L’objectif de la simulation consistait à rendre plus concrète l’approche agile, un courant en vogue dans le domaine de la gestion de projet. «Contrairement à l’approche traditionnelle, dans laquelle un projet est mené selon une séquence linéaire de planification, d’exécution et de présentation au client, l’approche agile fonctionne par itérations, explique le professeur. Les gestionnaires travaillent sur un morceau du projet, vont chercher la rétroaction du client et ajustent leurs actions dans les itérations suivantes. Ce changement de paradigme permet de s’adapter plus rapidement au changement en faisant preuve de souplesse, et de laisser une plus grande autonomie au client.»

«À l’instar des blocs Lego, Minecraft n’est pas une fin en soi, mais plutôt un moyen pour apprendre l’approche agile, ajoute Marie-Claude Petit. Certaines personnes maîtrisaient davantage les aspects techniques parce qu’elles avaient déjà joué, mais ce n’était pas l’objet de l’évaluation, qui portait sur les concepts: gestion des priorités, collaboration, communication, rôles.»

Soutien pour l'intégration en classe

Si la version éducative du jeu Minecraft est beaucoup utilisée dans les écoles primaires et secondaires, peu d’activités réalisées au niveau universitaire y ont recours.  Le Carrefour technopédagogique de l’UQAM offre au personnel enseignant des formations sur la façon d’intégrer le jeu vidéo en classe. Le projet réalisé dans le cadre du cours en gestion de projet a également été soutenu par le Vice-décanat aux études de l’ESG et les Services informatiques de l’UQAM.

PARTAGER