Hommage à Guy Ménard

Un numéro hors série de la revue Religiologiques est consacré à l’ancien professeur, poète et romancier.

28 Juillet 2020 à 10H59

Le premier numéro hors-série de la revue rend hommage à l'ancien professeur Guy Ménard.
 

Le plus récent numéro (Hors-série, no 1, printemps 2020) de Religiologiques, la revue du Département de sciences des religions, rassemble 18 articles en hommage à Guy Ménard, ancien professeur au Département (1982-2012) et cofondateur de la revue.

Guy Ménard a été notamment directeur du Département de sciences des religions et responsable des programmes de cycles supérieurs tout en dirigeant la revue Religiologiques pendant plusieurs années. Le numéro hors série souligne l’héritage singulier que le professeur et anthropologue des religions a su transmettre à ses étudiant.e.s, à ses lecteurs et lectrices, à ses collègues, ainsi qu’à ses collaborateurs et collaboratrices. Le chercheur, qui s’est intéressé, entre autres, aux liens entre religion et sexualité et aux transformations du fait religieux dans le monde contemporain, a publié de nombreux essais et articles, ainsi que des romans et des poèmes.

Dirigé par Ève Paquette, professeure au Département de sciences des religions, le numéro hors série prend la forme traditionnelle des «mélanges», «c’est-à-dire d’une collection d’articles rédigés le plus souvent pour une occasion spéciale, apparentés à l’un ou l’autre des domaines de savoir et de recherche dans lesquels s’est distinguée la personne à qui ils sont offerts. Il ne s’agit pas ici de "faire l’éloge" de cette personne ou de ses travaux, mais bien de se permettre de penser avec elle, à partir de styles, d’objets et de méthodes variés», écrit la professeure dans le texte de présentation. Dans un autre texte, la professeure s’intéresse au contenu du cours «Religion et culture» donné à l’UQAM depuis 1988.

Le professeur Mathieu Boisvert, aussi directeur du Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS), présente les grandes lignes d’une recherche de terrain (2013–2016) sur les hijṛā, une communauté «transgenre» du sud de l’Inde.

Le chargé de cours Nicolas Boissière propose un retour sur une expérience pédagogique ayant pris place dans un cours portant sur les rituels contemporains. En s’inspirant des enseignements de Guy Ménard (2007), le chargé de cours a proposé à ses étudiants d’inventer un rituel de divorce dans l’optique de les voir s’approprier les concepts abordés en classe.

Lawrence Olivier, professeur au Département de science politique, signe pour sa part un texte sur la mort.

Tous les articles du numéro hors série «Permissions. Mélanges offerts à Guy Ménard» sont disponibles sur le site web de la revue.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE