La Semaine hispanophone célèbre ses 10 ans 

Au programme, tables rondes et conférences sur la pandémie dans les pays d’Amérique latine.

13 Octobre 2020 à 10H43

COVID-19: tous les articles
Toutes les nouvelles entourant la COVID-19 et les analyses des experts sur la crise sont réunies dans cette série.

L'étudiante au baccalauréat en gestion et design de la mode Maria Esperanza Duenas Rodriguez a remporté le premier prix dans le cadre de l'édition 2019 du concours de photographies pour son cliché Aquí te espero. La photo a été prise à Michoacán, au Mexique, le 2 novembre 2016, lors de la Fête des morts.Photo: Maria Esperanza Duenas Rodriguez

La 10e édition de la Semaine hispanophone se déroulera du 19 au 22 octobre prochains. Organisée par les programmes d’espagnol de l’École de langues, en collaboration avec l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM), celle-ci a pour thème «Discours et pratiques dans un monde de distanciation sociale». Contexte oblige, la programmation a migré entièrement sur Internet et sera composée de conférences et de tables rondes offertes sur la plateforme Zoom. Des chercheurs et des experts du monde hispanophone provenant de l’Argentine, du Mexique, des États-Unis et du Canada prendront part aux discussions. Ces derniers feront une analyse de la situation actuelle en Amérique latine, précise Monica Soto, maître de langue en espagnol et responsable du comité organisateur de la Semaine hispanophone. «On sait ce que vivent les gens ici par rapport à la crise sanitaire, mais on est moins informés de ce qui se passe là-bas.»

Le coup d’envoi de cette Semaine hispanophone sera donné par la rectrice Magda Fusaro, accompagnée de Juan José Gómez Camacho et d’Alejandro Estivill Castro, respectivement ambassadeur et consul du Mexique. Le mot de bienvenue virtuel sera suivi d’une conférence portant sur la transformation du Mexique avant et après la pandémie. Le politologue et directeur du Centre d’études internationales du Colegio de México (COLMEX) Jean-François Prud'homme, qui vit au Mexique depuis plus de 35 ans, discutera en français de la composition du nouveau gouvernement de gauche ainsi que des principales politiques mises en place par le président Andrés Manuel López Obrador depuis son entrée au pouvoir en 2018.  «J’aborderai également les défis auxquels font face le gouvernement actuel et la société en général, ainsi que les répercussions de la pandémie sur le futur de la vie politique au Mexique», ajoute-t-il.

Mardi, une table ronde à laquelle se joindront le professeur du Département de science politique Julián Durazo-Herrmann et ses collègues des universités de Calgary, d’Alberta et de CIESAS-México présentera un aperçu des pratiques de distanciation sociale en Amérique latine. Monica Soto agira à titre de modératrice. «La pandémie a fait surgir un lexique inédit et original ainsi que des manières de faire, observe-t-elle. De nouvelles expressions sont ainsi apparues, par exemple, à partir du mot "COVID"

Le professeur du Département de sociologie Victor Armony, qui mène des recherches sur la population d’origine latino-américaine au Canada, prononcera une conférence le mercredi 21 octobre au sujet des impacts de la pandémie dans les communautés immigrantes. Il participera également le lendemain en début de soirée à une autre table ronde sur les différences entre les expériences vécues par les Argentins et les Canadiens en contexte de pandémie.

Le concours de photographies destiné à la communauté étudiante et les stands d’information sur les cours d’espagnol et les programmes sur la mobilité internationale, qui font partie de la programmation habituelle de  l’événement, seront remis à une édition subséquente.

Dix ans d’hispanité

Le mandat de l’évènement est de diffuser et de rendre accessibles les dernières recherches sur le monde hispanophone, rappelle Monica Soto. Quelques 70 conférences et tables rondes se sont déroulées au cours des dix dernières années, couvrant un large éventail de problématiques liées à des enjeux sociaux, politiques, historiques, économiques, sociologiques et culturels. «La Semaine hispanophone a contribué également à la mobilité internationale des étudiants, à l’engouement pour la langue espagnole et à la promotion de l’École d’été de Bogota», ajoute la maître de langue.

Monica Soto remercie tous les partenaires internes et externes ayant contribué au fil des éditions à la tenue et à la popularité de l’évènement, soit la COOP UQAM, le Service des bibliothèques, le Service des relations internationales et diplomatiques, les Départements de science politique et de sociologie, la Faculté de communication, l’École de langues et son comité organisateur de la Semaine hispanophone, le Rectorat, l’IEIM ainsi que la librairie Las Américas, spécialisée en langue espagnole.

Les liens Zoom pour les conférences sont disponibles sur cette page web de l’IEIM.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE