Perspectives féministes sur la santé

Les femmes subissent des discriminations, des violences et des inégalités tant dans les parcours de soins que dans les milieux de pratique en santé.

27 Avril 2021 à 9H29

Série Acfas 2021
Plusieurs scientifiques de l'UQAM proposent des colloques dans le cadre du congrès virtuel organisé par l’Université de Sherbrooke et l’Université Bishop’s du 3 au 7 mai.

L’analyse féministe des pratiques en santé met en lumière la division sexuelle du travail, qui reproduit dans les métiers de la santé et des services sociaux une organisation genrée des tâches par exemple. Photo: Getty images

Les recherches féministes en santé prennent en compte les rapports de pouvoir qui existent dans le milieu tout en s’intéressant à la manière dont les savoirs et les pratiques de santé sont institués et instituent des normes de genre. «Ces recherches explorent également la façon dont l’expérience de soin et les ressources en santé sont façonnées par les rapports sociaux de sexe et d’autres rapports de pouvoir, tels ceux de classe et de race», explique la professeure du Département de sociologie Stéphanie Pache, qui coorganise le colloque Études féministes de la santé (3 et 4 mai) avec sa collègue Isabelle Courcy et la doctorante en sociologie Carolanne Magnan-St-Onge.

L’événement réunira plusieurs chercheuses autour de sujets tels que les inégalités de santé périnatales des femmes étrangères en France, les enjeux liés à la psychiatrisation de la détresse des femmes victimes de violence interpersonnelle et la reproduction de normes genrées dans le domaine de la chirurgie de l’obésité.

Stéphanie Pache animera le panel Résistances et appropriations dans lequel seront présentés différents parcours de soins de femmes et de personnes trans souffrant d’endométriose. «L’endométriose est un problème fréquent et mal géré, précise la professeure. Il est parfois difficile d’obtenir un diagnostic, cela peut prendre du temps, et les personnes qui vivent avec cette maladie éprouvent beaucoup de souffrance.»

L’artiste Heidi Barkun (M.A. arts visuels et médiatiques, 2021), qui a présenté l’exposition LET’S GET YOU PREGNANT! à la Galerie de l’UQAM au printemps 2020, expliquera en quoi cette installation sonore et muséale, dévoilant différents témoignages de femmes ayant suivi des traitements infructueux de fécondation in vitro, constitue «un acte de résistance contre la vénération de la science et des tabous entourant l’infertilité et l’échec».

L’analyse féministe des pratiques en santé met en lumière la division sexuelle du travail, qui reproduit dans les métiers de la santé et des services sociaux une organisation genrée des tâches et la reconnaissance qui y est attribuée. Dans le cadre de ses recherches, la doctorante en sociologie Joëlle Dussault (M.A. sociologie, 2016) s’intéresse aux mobilisations syndicales des infirmières en ce qui a trait à leurs conditions de travail. Lors du panel Pratiques professionnelles, elle exposera certaines de ces revendications pour une meilleure reconnaissance du travail de soin (care).

Dans le cadre du panel Santé mentale, Carolanne Magnan St-Onge discutera des représentations de la santé mentale des femmes à la télévision québécoise au moyen d’exemples tirés de la série Au secours de Béatrice.

PARTAGER