Transition numérique en santé

Les attentes des patients, les trajectoires et les espaces de soins se transforment en lien avec la numérisation de la société.

3 Mai 2021 à 17H08

Série Acfas 2021
Plusieurs scientifiques de l'UQAM proposent des colloques dans le cadre du congrès virtuel organisé par l’Université de Sherbrooke et l’Université Bishop’s du 3 au 7 mai.

Le développement de la médecine à distance fait partie des nouvelles réalités liées à la transition numérique.Photo: Getty images

L’accès à une abondance d’information médicale sur le web, le développement de la médecine à distance, les attentes croissantes des patients en matière de rapidité des soins et l’avancement des technologies numériques transforment le secteur de la santé. Des chercheurs de divers horizons provenant des deux côtés de l’Atlantique se pencheront sur ces transformations dans le cadre du colloque Numérisation de la société et enjeux en santé : transformation des espaces, des processus et des relations (5 et 6 mai), organisé par Benoit Cordelier, professeur au Département de communication sociale et publique, et son collègue Olivier Galibert, de l’Université de Bourgogne Franche-Comté.

Parmi les changements observés, on assiste, depuis quelques années, à une redéfinition des rôles. «Les différents intervenants et interlocuteurs dans le domaine de la santé voient leur position changer, note Benoit Cordelier. La connaissance experte est plus souvent contestée par une connaissance profane liée à l’accessibilité de l’information. Cela affecte la relation au personnel soignant.»

Cette information médicale plus accessible peut aussi engendrer de l’inquiétude. Mais le web est devenu incontournable pour des patients et proches aidants de plus en plus impliqués dans la trajectoire de soins. Parfois, ces derniers vont solliciter de l’aide auprès d’organisations de santé qui ne sont pas suffisamment équipées pour leur répondre. «Les patients et leurs proches vont créer des groupes de soutien sur le web pour recevoir les conseils de personnes qui sont déjà passées par là, dit le chercheur. Mais les organisations ne sont pas en reste. Elles essaient de mettre en place des stratégies et parfois leurs propres groupes de soutien. C’est le cas avec les familles d’autistes, par exemple.»

Benoit Cordelier et l’étudiante à la maîtrise Maëna Raguénes, qui est aussi conseillère en communication dans le milieu de la santé, feront une présentation sur les usages d’internet pour la recherche d’information concernant la santé mentale chez les jeunes milléniaux québécois.

D’autres communications porteront sur les effets du numérique sur l’industrialisation de la santé, sur les enjeux communicationnels en télémédecine et sur les questions soulevées par la rationalisation des organisations de santé.

«Le déploiement de systèmes informatiques peut affecter la mission de soin en créant un éloignement par rapport au patient, observe le professeur. Il y a une adaptation à faire pour pouvoir mieux intégrer les systèmes dans la pratique du personnel soignant.»

La professeure du Département de communication sociale et publique Chantal Aurousseau fera d’ailleurs une présentation sur les problèmes de communication associés aux transformations du travail dans le domaine de la santé. Gestion algorithmique, pression à la performance, hyper surveillance et conflits éthiques peuvent avoir des effets sur les compétences sociales du personnel.

PARTAGER