Applications connectées: un nouveau laboratoire

Le Laboratoire de recherches sur le développement et l'évaluation d'applications connectées et intelligentes est créé.

3 Mars 2021 à 17H35

Les applications connectées intelligentes peuvent être développement dans de multiples domaines, notamment en accompagnant les consommateurs dans l'achat de nourriture saine.Photo: Getty Images

Le nouveau Laboratoire de recherches sur le développement et l’évaluation d’applications connectées et intelligentes vient de voir le jour. Ce projet, qui coûtera 1,8 million de dollars, sera financé à 40 % par la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI) et à 40 % par le ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec (MEI).

Les subventions permettront essentiellement de créer des infrastructures – capteurs et relais –  d’internet des objets, de développer des services infonuagiques et d’évaluer l’expérience des utilisateurs. «Notre objectif est de développer des applications qui accompagneront l’être humain dans son quotidien», affirme Hafedh Mili, professeur au Département d’informatique et directeur du Laboratoire de recherches transdisciplinaires sur les écosystèmes informatiques (LATECE).

La convergence de l’Internet des Objets (IdO), de l’infonuagique et de l’intelligence artificielle rend possible le développement des applications connectées intelligentes (ACI) dans de multiples domaines. En santé, une application pourrait aider à exercer une surveillance médicale des personnes souffrant de maladies chroniques comme l’obésité, le diabète ou les maladies cardiaques. «Des capteurs pourraient prévenir un problème de santé imminent, mentionne le professeur. L’application pourrait aussi amener les gens à modifier leurs comportements sans l’aide d’un professionnel de la santé.» 

Dans le domaine du commerce de détail, on pense à des applications qui accompagneraient les consommateurs dans l’achat de nourriture saine ou qui leur suggéreraient des spéciaux basés sur leur historique d’achat. « Nous voulons aussi développer des stratégies pour contrer le merchandising», ajoute Hafedh Mili. 

La sécurité automobile pourrait être un autre domaine d’application des ACI. «L’application pourrait alerter le conducteur de la présence de glace noire sur la route, illustre le chercheur, et ainsi prévenir un accident potentiel.»

Le directeur du LATECE assure que la sécurité des données et la protection de la vie privée seront au cœur des discussions lors du développement des applications. «Nous souhaitons établir des partenariats avec des organisations qui partageront nos valeurs», explique Hafedh Mili.

Le projet a été développé en collaboration avec la professeure du Département de psychologie Kim Lavoie, les professeurs du Département d’informatique Wessam Ajib, Mounir Boukadoum, Halima Elbiaze et Naouel Moha ainsi que les professeurs Simon Bacon et Yann-Gael Guéhéneuc de l’Université Concordia, Ghizlane Elboussaidi de l’École de technologie supérieure et Daniel Lemire de l’Université TÉLUQ.

Le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie François-Philippe Champagne a annoncé, le 3 mars, des investissements de 518 millions de dollars pour des projets financés par l’entremise de la FCI. Le gouvernement fédéral financera 102 projets dans 35 établissements postsecondaires et hôpitaux de recherche au Canada pour soutenir l’infrastructure de recherche.

PARTAGER