Création du Fonds pour les femmes en science

La Faculté des sciences et la Fondation de l’UQAM visent à soutenir la réussite des étudiantes des cycles supérieurs.

8 Mars 2021 à 9H48, mis à jour le 8 Mars 2021 à 12H15

Photo: Nathalie St-Pierre

Dans le but de briser les stéréotypes et de stimuler l’intérêt des jeunes femmes pour les domaines scientifiques, la Faculté des sciences annonce la création, à la Fondation de l’UQAM, du Fonds pour les femmes en science. Celui-ci permettra d’attribuer, chaque année, des bourses d’études à des étudiantes de maîtrise et de doctorat.

En faisant de ce nouveau fonds un projet prioritaire, la vice-doyenne à la recherche de la Faculté des sciences Isabelle Marcotte et le doyen Normand Séguin veulent poser un geste concret et fort pour changer les choses. Selon eux, encourager les jeunes filles à se lancer dans des études scientifiques n’est pas suffisant. Il faut aussi augmenter le nombre de modèles féminins et faciliter la conciliation études-famille, un enjeu important pour les étudiantes des cycles supérieurs.

«Nous voulons contribuer plus directement à cette grande cause en mettant l’accent sur l’accessibilité aux études supérieures, notamment à la maîtrise et au doctorat», explique Isabelle Marcotte, professeure du Département de chimie et première femme de la Faculté des sciences de l’UQAM à y détenir le poste de vice-doyenne à la recherche. «Aider les femmes à étudier en sciences permettra d’agir sur le problème de la sous-représentation de modèles féminins», précise-t-elle.

La rectrice de l’UQAM, Magda Fusaro, dit être particulièrement fière de cette initiative de la Faculté des sciences. «La sous-représentation des femmes dans des domaines et des postes traditionnellement masculins est un chantier crucial pour l’avenir de notre université et plus largement pour celui de nos sociétés, souligne-t-elle. Avec ce fonds, l’UQAM illustre une nouvelle fois sa capacité d’innovation et son audace à offrir des réponses et des réflexions qui demeurent dans l’ombre alors qu’elles sont essentielles d’un point de vue sociétal. Par ailleurs, à titre d’ancienne vice-rectrice aux Systèmes d’information, je ne peux que me réjouir d’une telle initiative. Bravissime

Faible présence des femmes en sciences

Selon l’UNESCO, les femmes ne représentent que 30% de tous les experts qui contribuent aux avancements technologiques et scientifiques dont la société a besoin. Au Québec, comme partout ailleurs, les femmes sont majoritaires dans presque tous les domaines d’études au baccalauréat, sauf en sciences pures et appliquées. Si les cohortes comptent entre 10% et 40% de femmes dans les programmes de baccalauréat en sciences, technologies, ingénierie et mathématiques, les données chutent à la maîtrise et au doctorat.

Le manque de modèles féminins constitue l’une des principales explications à l’absence des femmes dans les programmes de maîtrise et de doctorat en sciences, de même qu’en recherche. Quand les étudiantes n’ont pas l’occasion de côtoyer des professeures et des chercheuses pendant leur cheminement universitaire, elles se disent que le monde de la recherche n’est pas pour elles! La difficulté de fonder une famille pendant de longues études constitue également un motif pour renoncer à une carrière universitaire.

Des bourses dès l’automne 2021

Tout a été mis en place par la Faculté des sciences, en collaboration avec la Fondation de l’UQAM, pour assurer l’attribution de premières bourses d’études à l’automne 2021. «La Fondation, souligne sa directrice générale Michelle Niceforo, est heureuse de se joindre à l’initiative de la Faculté des sciences. L’accessibilité aux études est à la base de notre action. Grâce à l’appui des donateurs et donatrices, nous pourrons poser un geste déterminant dans le parcours d’étudiantes et leur permettre d’aller encore plus loin.» 

Le Fonds pour les femmes en science permettra d’offrir annuellement deux bourses à des étudiantes inscrites à temps plein dans l’un des programmes de la Faculté des sciences: une bourse de 6 000 $ à la maîtrise (frais de scolarité pendant deux ans) et une bourse de 9 000 $ au doctorat (3 000 $ par an pendant trois ans).

Durant tout leur cheminement, les boursières seront accompagnées par une mentore (professeure, diplômée ou étudiante en voie d’obtenir son diplôme). Elles seront aussi amenées à participer à des activités organisées par la Faculté des sciences, afin de promouvoir la présence de modèles féminins en sciences.

Enfin, pour contribuer à la rétention des femmes en sciences après un congé de maternité, la Faculté travaille actuellement à développer un programme d’appui financier qui sera offert à des étudiantes qui, au moment de la naissance d’un enfant, doivent interrompre, puis reprendre des études supérieures.

Les personnes qui souhaitent faire un don peuvent utiliser ce formulaire.

Pour souligner la Journée internationale des femmes

Dans le cadre de la Journée internationale des femmes (8 mars) et durant tout le mois de mars, différents événements sont organisés par la communauté universitaire. Les activités sont présentées en détail sur le site web Équité, diversité, inclusion (EDI) de l'UQAM.

Un site web

La Faculté des sciences a récemment mis en ligne le site web femmes.sciences.uqam.ca, lequel rassemble des portraits vidéos d’étudiantes et de professeures.

Engagée à promouvoir la participation équitable des femmes en sciences, la Faculté organise, chaque année, des activités visant à présenter des modèles féminins inspirants. Elle est la partenaire officielle de l'événement Femmes et filles de science du Centre des sciences de Montréal. La Faculté participe également au Festival annuel des sciences Eurêka et accueille depuis 10 ans des camps de jours scientifiques.

PARTAGER