Nouveaux sports olympiques

Escalade, karaté, surf, skateboard, baseball, softball: à quoi peut-on s’attendre de ces nouveaux sports à Tokyo?

13 Juillet 2021 à 16H50

Série Les Jeux de Tokyo
Les Jeux olympiques se dérouleront du 23 juillet au 8 août à Tokyo, au Japon, tandis que les Jeux paralympiques auront lieu du 24 août au 5 septembre. 

Sean McColl représentera le Canada en escalade.Photo: Comité international olympique

Plusieurs sports seront présentés pour la première fois lors des Jeux olympiques, alors que le baseball et le softball seront de retour après une absence de 13 ans. À quoi peut-on s’attendre de ces nouvelles disciplines? Qui sont les athlètes et pays à surveiller? Tour d’horizon des nouveaux sports à Tokyo.

Escalade

L’escalade connaît une popularité croissante depuis le début des années 2000. «À l’instar du skateboard et du surf, l’escalade attire des gens qui veulent expérimenter un sport original, moins populaire ou encadré que le hockey ou le soccer, affirme Philippe Bourdon, étudiant à la maîtrise en administration des affaires (MBA) et entraîneur principal au Centre d’escalade Allez Up. Le fait que l’on puisse adapter le niveau de difficulté et le pratiquer seul a aussi contribué à démocratiser le sport.»

À Tokyo, le Comité international olympique (CIO) a choisi un format qui combine trois épreuves: la vitesse, où l’on doit escalader le mur le plus rapidement possible; le bloc, une épreuve acrobatique qui s’apparente à la gymnastique; et la difficulté, une épreuve d’endurance qui consiste à grimper le plus haut possible dans des conditions extrêmement difficiles, souvent la tête à l’envers! Les athlètes ayant obtenu les meilleurs résultats au combiné des trois épreuves l’emporteront. «Ce format a suscité de nombreuses réticences de la part des athlètes, principalement parce que la vitesse est fondamentalement différente des deux autres épreuves, soutient Philippe Bourdon. La lecture de la voie et la force de préhension, deux notions fondamentales en bloc et en difficulté, sont négligeables à l’épreuve de vitesse, qui récompense la puissance pure.»

Le Japon est la nation dominante en escalade, comptant plusieurs athlètes parmi les meilleurs au monde. La Slovène Janja Garnbret, le Tchèque Adam Ondra et les Français Bassa et Mickaël Mawem ont aussi de bonnes chances de monter sur le podium. Sean McColl et Alannah Yip représenteront le Canada, mais il serait étonnant de les voir se hisser parmi les meilleurs.

Ce sport promet d’en mettre plein la vue. «À l’instar du sprint, la vitesse est une épreuve excitante qui tiendra les spectateurs sur le bout de leur siège, souligne Philippe Bourdon, qui analysera l’action à la télévision de Radio-Canada. Le bloc se démarque par les techniques et la complexité des figures, alors que la difficulté comprend, justement, des degrés de difficulté énormes. Le classement ne sera pas le même d’une épreuve à l’autre!» Les épreuves d’escalade se dérouleront du 3 au 6 août.

Baseball et softball

Le baseball masculin et le softball féminin ont été présentés lors de plusieurs olympiades dans les années 1990 et 2000, mais étaient absents des Jeux depuis 2008. «La popularité du baseball au Japon a été un facteur déterminant dans ce retour à Tokyo, souligne Jasmin Roy, directeur des Services à la vie étudiante et recruteur au Canada pour les Blue Jays de Toronto. La volonté de la Ligue majeure de baseball de promouvoir le sport à l’international a aussi eu un impact.»

Bien qu’aucun joueur des ligues majeures ne participe au tournoi olympique de baseball, le calibre sera tout de même relevé, croit Jasmin Roy. «L’équipe américaine est composée de jeunes prospects et de vétérans qui comptent plusieurs années d’expérience dans les majeures, mentionne celui qui a dirigé ou recruté, au cours des 25 dernières années, de grands joueurs québécois comme Russell Martin, Philippe Aumont et Abraham Toro. Le Japon aura aussi une équipe très forte, tandis que des pays comme la Corée du Sud ou Taïwan pourraient surprendre avec des stratégies axées sur les vols de buts et les amortis.» La grande surprise est l’absence des Cubains, triples médaillés d’or et doubles médaillés d’argent en cinq olympiades, entre 1992 et 2008, qui n’ont pas réussi à se qualifier. Le Canada ne participera pas non plus au tournoi de baseball.

Chez les femmes, en softball, les Américaines seront les grandes favorites pour remporter l’or, elles qui forment les meilleures joueuses via le réseau de la NCAA. «Je ne serais toutefois pas étonné de voir les Canadiennes monter sur le podium», mentionne le directeur des Services à la vie étudiante, qui ajoute que le softball pourrait un jour être supplanté par le baseball féminin sur la scène internationale, car ce dernier se développe à la vitesse grand V.

Le tournoi de softball se déroulera du 21 au 27 juillet, alors que celui de baseball aura lieu du 28 juillet au 7 août.

Skateboard

Né sur la côte Ouest des États-Unis dans les années 1940, le skateboard a vu sa popularité augmenter dans les années 1980 et 1990. «La planche à roulettes a été aux jeunes de cette génération ce que le gant de baseball représentait pour leurs parents: tout le monde en avait un chez soi!», souligne Philippe Bourdon, qui est aussi un adepte du skateboard.

Longtemps associé à la culture de rue, au grabuge et aux altercations avec les forces de l’ordre, le skateboard s’est démocratisé au cours des dernières années. «Beaucoup de skateparks ont été créés ou rénovés récemment au Québec, mentionne l'étudiant. C’est un sport à la fois technique et spectaculaire qui attire les jeunes, un public-cible que souhaite joindre le CIO.»

Si l’on associe le skate aux États-Unis, c’est plutôt le Brésil qui domine sur la scène internationale, autant chez les hommes que chez les femmes. Les épreuves de street se dérouleront les 25 et 26 juillet, alors que celles de park auront lieu les 4 et 5 août.

Surf

Autre sport associé à un style de vie (lifestyle sport), le surf a aussi connu une hausse de popularité. «Le surf procure beaucoup de liberté et une grande dose d’adrénaline, souligne Hugo Lavictoire, propriétaire et directeur général de KSF, une entreprise offrant le cours d’initiation au surf de rivière au Centre sportif de l’UQAM. S’il est apprécié par les débutants, il faut plusieurs années de pratique pour maîtriser le sport.»

Les compétitions de surf se dérouleront directement dans l’océan Pacifique, un endroit féérique pour le sport. «Les vents, les vagues et les marées joueront un rôle déterminant dans les résultats, souligne Hugo Lavictoire. Il se pourrait que certains athlètes soient avantagés par leur ordre de passage, puisque les vagues ne seront pas identiques pour tous.»

Si la fluidité des mouvements et la souplesse sont des qualités indéniables en surf, c’est véritablement la force mentale qui sépare les meilleurs du reste du peloton. «Il faut savoir composer avec l’incertitude des éléments et s’adapter à toute situation, précise Hugo Lavictoire. Le surf est un sport très spectaculaire qui offre un beau mélange de technique et de maîtrise aérienne.» 

Les épreuves devraient se dérouler sur quatre jours à compter du 25 juillet, mais le calendrier de la compétition pourrait être modifié en raison des conditions météorologiques.

Karaté

Il n’est pas étonnant que ce soit le Japon, berceau du karaté, qui ait été choisi pour le baptême olympique de cet art martial. «Le CIO a toutefois annoncé que le sport serait retiré des Jeux de 2024, déplore Louise Provencher, qui enseigne le karaté depuis plus de 40 ans et qui a étudié à l’UQAM au début des années 2010. Considérant que d’autres arts martiaux comme le judo et le taekwondo sont présents, il est clair que la Fédération internationale de karaté va se battre pour conserver sa place.» 

Le karaté comprend deux disciplines: le kumité – un combat entre deux athlètes – et le kata – une démonstration de mouvements qui simulerait un combat imaginaire. «Contrairement à d’autres sports de combat, le volet kumité du karaté n’a pas pour but de faire mal à l’adversaire, mais plutôt de démontrer une bonne forme, une belle posture, du contrôle et de l’équilibre dans ses coups», souligne Louise Provencher.

La flexibilité, la discipline et la gestion du stress sont des qualités essentielles en karaté. «C’est un sport spectaculaire où tout peut changer en quelques secondes», raconte celle qui a entraîné plusieurs athlètes de niveau international durant sa carrière. 

Daniel Gaysinsky sera le seul canadien à Tokyo dans la catégorie kumité des plus de 75 kg. Les épreuves se dérouleront du 5 au 7 août.

Basketball 3 x 3 et canoë féminin

Des variantes de sports existants seront aussi présentées. Le basketball 3x3, très populaire dans les rues du monde entier depuis une dizaine d’années, fera son apparition aux Jeux de Tokyo. En raison de la surface plus petite et d’un temps moindre pour tirer, le tempo d’un match est plus rapide qu’au basketball traditionnel. La Serbie est favorite chez les hommes et la France chez les femmes. Le Canada n’a pas réussi à se qualifier pour le tournoi, qui se déroulera du 24 au 28 juillet.

Le programme olympique atteindra la parité homme-femme à Tokyo avec l’ajout des épreuves féminines de canoë. La Québécoise Laurence Vincent Lapointe représentera le Canada pour cette compétition, qui se déroulera du 25 juillet au 7 août.

PARTAGER