Évaluer la qualité des interactions éducatrice-enfants

Un projet pilote de Lise Lemay remporte une mention spéciale pour sa contribution à la recherche liée au développement des tout-petits. 

20 Mai 2021 à 9H47, mis à jour le 20 Mai 2021 à 13H30

«La qualité des interactions est la dimension la plus associée au développement et à l’apprentissage des enfants», précise la professeure du Département de didactique Lise Lemay. Photo: Getty images

Prendre en considération le point de vue de l’enfant et lui donner la possibilité de faire des choix, instaurer un climat positif au sein du groupe et soutenir le développement du langage font partie des bonnes pratiques favorisant les interactions entre les éducatrices et éducateurs et les enfants. «La qualité des interactions est la dimension la plus associée au développement et à l’apprentissage des enfants», précise la professeure du Département de didactique Lise Lemay.

En avril dernier, dans le cadre de la dernière édition virtuelle du Colloque international de la Society for Research in Child Development (SRCD), la chercheuse a obtenu une mention spéciale pour son affiche présentant les résultats d’un projet pilote portant sur la création d’une traduction en français du Classroom Assessment Scoring System (CLASS). Le projet a été choisi comme l'un des meilleurs exemples de recherches internationales en lien avec le développement des enfants.

Le CLASS est une grille d’observation et d’évaluation américaine qui mesure la qualité des interactions entre les éducatrices et éducateurs et les enfants. «Il existe aussi d’autres instruments de mesure en contexte éducatif, mais seul le CLASS, un outil optimisé, aborde toutes les facettes des interactions», souligne celle qui est membre de l’équipe de recherche Qualité des contextes éducatifs de la petite enfance. La grille d’observation et d’évaluation, qui peut être utilisée pour faire l’analyse des interactions dans les groupes de services de garde éducatifs, ainsi que dans les classes de maternelle, du primaire et du secondaire, investit trois grands domaines d’interactions, soit le soutien émotionnel, l’organisation du groupe et le soutien à l’apprentissage.

Présentée par Lise Lemay, en collaboration avec ses collègues membres de l’équipe Qualité des contextes éducatifs de la petite enfance, l’affiche avait pour objectif la validation d’une version française du CLASS destinée à l’évaluation de groupes d’enfants de 0 à 18 mois (poupons), de 15 à 36 mois (trottineurs) et de 3 à 5 ans (préscolaire) au sein des services de garde en installation comme les CPE et les garderies (subventionnées ou non). «Tous les éléments de l’outil ont été traduits, matériel de formation inclus, explique la professeure. Des vidéos explicatives montrant des exemples d’interactions à suivre ont également été produites en milieu éducatif pour les besoins de la formation.»

L’affiche a été présentée en collaboration avec la professeure du Département de didactique Nathalie Bigras et le professeur associé Gilles Cantin, la chercheuse de l’Université Laval Caroline Bouchard, l'assistant de recherche et doctorant en psychologie Paul G. Hayotte et la professionnelle de recherche en éducation à la petite enfance Julie Lemire.

Processus de validation

Pour procéder à la validation de l’instrument, une première cohorte d’observatrices et observateurs a été formée. À l’automne 2018, 267 groupes d’enfants de 0 à 5 ans ont ainsi été observés et évalués au moyen du CLASS par l’équipe de recherche. Des données concernant la qualité de la structuration et de l’aménagement des lieux ainsi que celle des pratiques d’observation des enfants et de planification des activités, qui ne font pas partie des données analysées par le CLASS, ont aussi été recueillies dans le cadre d’un projet pilote plus large de la mesure d’évaluation et d’amélioration de la qualité éducative du ministère de la Famille du Québec.

«Le projet pilote a permis de déterminer la fiabilité et la validité de l’instrument», souligne Lise Lemay. Chaque service de garde recevait ensuite un rapport d’évaluation dans lequel étaient présentés les scores obtenus par l’équipe et ses principaux points forts. Des pistes d’amélioration étaient ajoutées au rapport. «Les gestionnaires ont adhéré très rapidement à la démarche, fait remarquer la chercheuse. Ils ont manifesté un grand intérêt pour travailler avec l’outil et ont apprécié obtenir de la rétroaction.»

Après la traduction d’une première version du CLASS destinée à l’évaluation de groupes d’enfants âgés de 3 à 5 ans, l’équipe de recherche de la professeure Lemay a été mandatée par le ministère de la Famille pour traduire deux autres versions de l'outil afin d’évaluer les groupes d’enfants plus jeunes. Depuis 2019, l’outil CLASS Préscolaire, dont la traduction et la validation relèvent d’un premier projet pilote dirigé par Gilles Cantin et auquel ont aussi participé Lise Lemay et Caroline Bouchard, est utilisé pour évaluer l’ensemble des services de garde en installation du Québec. Quant aux versions de l’instrument de mesure traduites et validées sous la responsabilité de Lise Lemay pour les 0-36 mois, elles seront disponibles bientôt au Québec en français. La professeure s’intéresse maintenant à la possibilité d’utiliser la grille d’évaluation et d’observation CLASS pour les groupes d’enfants en milieu familial. «J’aimerais savoir si les instruments standardisés mis au point pour les services de garde en installation peuvent s’appliquer aux groupes multi-âges en milieu familial, et s’ils le sont, comment ils pourraient être utilisés, dit la chercheuse, qui continue avec son équipe à offrir des services de consultation et d’accompagnement à la firme responsable de procéder à l’évaluation de la qualité éducative dans les CPE et les garderies dans le cadre de ses collaborations avec le ministère de la Famille du Québec. «On contribue au suivi de la qualité de l’implantation de la mesure», conclut-elle.

PARTAGER