Partager l'amour des livres

Un projet vise à donner la piqûre de la littérature à des élèves en milieu défavorisé.

16 Février 2021 à 11H46

Le projet Un livre à la fois a permis de tisser des liens entre 160 élèves de l’école primaire Champlain et une centaine d’étudiantes et d’étudiants de l’UQAM. Photo: Nathalie St-Pierre

Plusieurs recherches ont démontré que les difficultés en lecture constituent un important indicateur de décrochage scolaire, particulièrement en milieu défavorisé. Pour donner la piqûre de la littérature à des jeunes du quartier Centre-Sud de Montréal, des étudiantes et des étudiants en études littéraires, en enseignement des arts, en design graphique et en théâtre animent, depuis 2017, des ateliers de lecture, d’écriture et d’illustration afin de mettre en mots et en images des histoires sorties tout droit de l’imagination des enfants.

En quatre ans, le projet Un livre à la fois a ainsi permis de tisser des liens entre 160 élèves de l’école primaire Champlain et une centaine d’étudiantes et d’étudiants de l’UQAM. «Donner aux enfants un accès au monde de la culture et les familiariser avec l’univers du livre sont de puissants outils d’émancipation», affirme la professeure du Département d’études littéraires Geneviève Lafrance, responsable du projet.

Depuis le mois de mars dernier, la pandémie de COVID-19 a modifié l’organisation de l’activité. «On a dû se réinventer pour rejoindre les élèves sans aller en classe», explique la professeure. L’équipe derrière le projet est en train de mettre sur pied un site web pour diffuser les œuvres des élèves le plus largement possible. Une dizaine d’étudiantes et étudiants de l’École supérieure de théâtre ont mis la main à la pâte afin de créer des livres audio. Des ateliers de bruitage ont aussi été réalisés avec des élèves de maternelle, qui ont joint leurs voix à celles de comédiennes et de comédiens en formation. Au total, six livres ont été créés depuis le début de la pandémie. «Paradoxalement, ces livres rejoindront un public encore plus large que ceux de l’édition précédente», note Geneviève Lafrance.

Des actions régulières

La responsable du projet espère pouvoir recommencer les ateliers de lecture interactive à l’école le plus rapidement possible. «Avant la pandémie, chaque personne impliquée dans le projet se rendait à l’école une fois par semaine pour lire des histoires à un groupe de trois ou quatre enfants, et ce, tout au long de l’année, souligne Geneviève Lafrance. Inculquer le goût de la littérature nécessite une action régulière auprès des élèves.»

L’écrivain Bryan Perro, auteur de la série de romans jeunesse Amos Daragon et membre du mouvement des Originaux de l’UQAM, a accepté de devenir ambassadeur du projet. «Lire un livre à la fois, c’est monter les marches, une à la fois, vers le sommet d'une vie riche et signifiante», croit l’écrivain.

Ces deux dernières années, l’édition des livres a été rendue possible grâce à des campagnes de sociofinancement menées par les étudiantes et étudiants impliqués dans le projet, dont le travail auprès des enfants est bénévole. En 2021, l’équipe espère pérenniser ce projet grâce à la générosité du public. Il est possible d’y contribuer en faisant un don en ligne. «Les derniers mois ont été très éprouvants pour les jeunes et on appréhende une multiplication des difficultés scolaires, explique Geneviève Lafrance. Le projet Un livre à la fois a des retombées positives sur leur parcours en leur démontrant leur capacité à faire de grandes choses.» 

PARTAGER