Le Service aux collectivités s’exporte en France

L’Université Rennes 2 s’apprête à créer un service qui s’inspire fortement du modèle uqamien.

8 Juin 2021 à 14H23

Vue du campus de l'Université Rennes 2.
Photo: Louis Bloque

On le sait, les compétences déployées par les universités en matière de recherche et de formation sont indispensables aux acteurs économiques, sociaux et culturels pour qu’ils répondent aux grands défis contemporains. C’est dans cet esprit que la direction de l’Université Rennes 2, en France, travaille depuis quelques mois à la mise sur pied du Service universitaire à la collectivité (SUC), lequel s’inspire fortement du modèle de recherche et de formation partenariales incarné par le Service aux collectivités (SAC) de l’UQAM. Unique au Québec, le SAC a pour mission de démocratiser le savoir universitaire auprès de groupes qui n’y avaient pas traditionnellement accès – organismes communautaires, syndicats, groupes de femmes – ou d’autres partenaires économiques, culturels et professionnels.

«Si les collaborations entre l’Université Rennes 2 et l’UQAM en matière de formation et de recherche remontent à plusieurs années, les liens plus spécifiques avec le SAC datent de l’automne 2018», rappelle Marcel Simoneau, directeur du Service aux collectivités. Cette année-là, le professeur Yves Bonny, chargé de mission de l’Université Rennes 2, a séjourné quelques semaines à l’UQAM afin d’étudier de plus près le modèle du SAC. «Son objectif était de mieux connaître la tradition de l’UQAM en matière de services aux collectivités, dit Marcel Simoneau. Nous l’avions aussi invité à participer, à titre d’observateur, à une réunion de notre Comité des services aux collectivités, instance paritaire du SAC, où siègent des représentants du corps professoral et de divers milieux de pratique. Cela lui a permis de mieux comprendre la façon dont fonctionne le SAC, son ancrage au sein de l’UQAM et les ressources dont il dispose.»

Rennes 2 en bref

- L’Université Rennes 2 est le plus important centre de recherche et d’enseignement supérieur en arts, lettres, langues, sciences humaines et sociales de l’Ouest de la France;

- Créée en 1969, elle réunit quelque 23 000 étudiantes et étudiants au sein de 24 départements;

- L’établissement regroupe 21 unités de recherche, dont cinq sont associées au Conseil national de recherche scientifique (CNRS).

Un an plus tard, en octobre 2019, l’UQAM accueille un séminaire international sur la mission sociale des universités, qui réunit des chercheurs et de hauts dirigeants d’universités québécoises, françaises et africaines ainsi que des représentants du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, des Fonds de recherche du Québec et du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH).

Des représentants de l’Université Rennes 2, mais aussi de l’Université Lumière, Lyon 2, de l’Université de Strasbourg et de l’Université de Lausanne, en Suisse, comptent parmi les participants à l’événement. «L’objectif du séminaire était de partager des expériences en matière de services aux collectivités et de partenariats, note le directeur du SAC. Cette rencontre fut déterminante pour l’établissement, sur une base régulière, d’échanges et de collaborations, notamment dans le domaine de la recherche.»

Depuis, les universités de Lyon, Strasbourg et Lausanne ont pris des initiatives qui s’inspirent en partie du modèle du SAC. L’Université Rennes 2 se distingue toutefois des autres établissements parce que son projet de créer un service universitaire à la collectivité partage le même ADN que celui du SAC, relève Marcel Simoneau. «Rennes 2 a la même volonté de partir des besoins exprimés par des acteurs de la société civile – associations, coopératives, collectivités territoriales –, de valoriser et de mobiliser leurs savoirs, puis de les arrimer aux expertises professorales en vue de produire de nouvelles connaissances porteuses d’innovations sociales.»

Le 27 mai dernier, un webinaire a rassemblé des représentants de l’Université Rennes 2, dont son vice-président, Leszek Brogowski, des membres de l’équipe du SAC, le vice-recteur à la recherche, à la création et à la diffusion, Christian Agbobli, des étudiants et des professeurs de l’UQAM ainsi qu’une représentante du Regroupement des maisons de jeunes du Québec. «Tous ont livré des témoignages sur l’importance de l’appropriation des connaissances scientifiques par le plus grand nombre ainsi que des liens entre les universités et les collectivités, dit Marc Simoneau. Leszek Brogowski a d’ailleurs qualifié l’UQAM et Rennes 2 d’universités sœurs!»

PARTAGER