Mission virtuelle en Afrique francophone

La rectrice Magda Fusaro, des vice-recteurs et des professeurs rencontreront des représentants de cinq pays africains.

7 Juin 2021 à 9H32

Série L'UQAM à la rencontre de l'Afrique francophone
Une mission virtuelle met en lumière les liens entre l'UQAM et l'Afrique à travers des rencontres, des projets de formation, de recherche et de services aux collectivités.

Des rencontres sont prévues avec des représentants politiques et universitaires du Maroc, de l’Algérie, de la Tunisie, du Sénégal et de la Côte d’Ivoire.Photo: Getty images

La rectrice Magda Fusaro, des membres de la direction et des professeures et professeurs entament aujourd’hui une mission virtuelle de cinq jours en Afrique francophone. Des rencontres sont prévues avec des représentants politiques et universitaires du Maroc, de l’Algérie, de la Tunisie, du Sénégal et de la Côte d’Ivoire, à raison d’un pays par jour. La mission sera l’occasion de resserrer les liens avec ces pays, de renforcer les partenariats existants et d’en développer de nouveaux en matière de formation, de recherche et de services aux collectivités. 

La mission comportera un volet diplomatique, en vertu duquel la rectrice, le vice-recteur à la Vie académique Jean-Christian Pleau et le vice-recteur à la Recherche, à la création et à la diffusion Christian Agbobli rencontreront des dignitaires, dont les cinq ambassadeurs du Canada ainsi que les trois chefs de poste du Québec dans les pays visités. Des rencontres sont aussi prévues avec des recteurs et présidents d’universités: Mohammed Rhachi, président de l’Université Mohammed V de Rabat, au Maroc, Ahmadou Aly Mbaye, recteur de l’Université Cheikh Anta Diop, au Sénégal, et Ballo Zié, président de l’Université Félix Houphouët-Boigny, en Côte d’Ivoire.

La mission comporte également un volet recherche, qui regroupe une quinzaine d’activités de recherche et de réseautage mettant de l’avant, notamment, des chercheurs et des diplômés de l’UQAM et des universités ciblées, ainsi que des représentants du corps diplomatique et divers partenaires. Les tables rondes virtuelles porteront sur des sujets tels que l’alphabétisation, l’intelligence artificielle au service du développement, la réforme Licence-Maîtrise-Doctorat, l’insertion sociale et culturelle par le théâtre, le suivi des environnements urbains grâce à la géomatique, la santé connectée ou la découvrabilité en ligne des cultures francophones. Un concert virtuel préenregistré d’étudiants de l’UQAM et de l’Institut supérieur de musique de Tunis sera également au programme.

Le jeudi 10 juin, une causerie virtuelle est organisée avec des diplômés vivant en Afrique. Les invités pourront assister à un échange entre la rectrice et les chefs de poste des représentations du Québec à Rabat, Dakar et Abidjan avant de partager leurs propres témoignages et expériences. La cheffe de poste à Abidjan, Marly Bah (B.A.A. sciences comptable, 2004), est elle-même diplômée de l’UQAM. Près d’une centaine de diplômés ont déjà exprimé leur intérêt à participer à cette activité.

L’Afrique à l’UQAM

Les étudiants africains sont nombreux à l’UQAM. Sur les quelques 2 900 étudiants internationaux inscrits dans des programmes réguliers, le Maroc (150 étudiants) vient au deuxième rang des pays les mieux représentés après la France, suivi de près par le Sénégal, la Côte-d'Ivoire, la Tunisie et l’Algérie.

L’Afrique est aussi au cœur de plusieurs cours donnés à l’UQAM et de nombreux projets de recherche menés par des chercheurs uqamiens, souvent en collaboration avec des établissements ou des organisations de l’Afrique francophone. À titre d’exemples, le professeur du Département d’études urbaines et touristiques de l’ESG UQAM Boualem Kadri conduit un programme de recherche sur le tourisme dans le monde arabe, le professeur du Département de science politique Issiaka Mandé s’intéresse aux défis de la COVID-19 en Afrique, et les professeurs du Département des sciences de la Terre et de l’atmosphère Francesco Pausata et René Laprise étudient l’évolution de la mousson en Afrique de l’Ouest.

L’UQAM abrite la Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest ainsi que l’Observatoire sur le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord de la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques. De nombreux partenariats et ententes-cadres favorisent également les collaborations entre l’UQAM et plusieurs universités de l’Afrique francophone

La mission de cette semaine sera un prélude à une mission en présentiel qui pourrait avoir lieu l’automne prochain si la situation sanitaire mondiale le permet. Cette mission virtuelle a été rendue possible grâce à la collaboration des trois représentations du Québec en Afrique, plus précisément la Délégation générale du Québec à Dakar, le Bureau du Québec à Abidjan et le Bureau du Québec à Rabat. Elle a été organisée par le Service des relations internationales et diplomatiques (SRID) de l’UQAM, en collaboration avec le rectorat et plusieurs autres unités de l'Université, dont le Bureau des diplômés, le Bureau de la recherche institutionnelle (BRI), le Bureau du recrutement, le Service des communications et le Service de l'audiovisuel.

On peut prendre connaissance du déroulement de la mission virtuelle sur la page web qui lui est consacrée

PARTAGER