Plus de 1 M$ pour lutter contre la COVID-19

Trois professeurs reçoivent une subvention majeure pour acquérir des équipements de pointe en chimie et en immunologie.

20 Novembre 2020 à 15H53

COVID-19: tous les articles
Toutes les nouvelles entourant la COVID-19 et les analyses des experts sur la crise sont réunies dans cette série

Photo: Getty/Images

Le professeur du Département de chimie Steve Bourgault, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en chimie des nano-assemblages biologiques, et ses collègues Denis Archambault et Benoît Barbeau, du Département des sciences biologiques, ont reçu une subvention majeure de plus d’un million de dollars de la Fondation Canadienne pour l’Innovation (FCI), dans le cadre du concours du Fonds des occasions exceptionnelles -COVID-19 lancé en juin dernier.

Cette subvention d’infrastructure permettra d’acquérir des équipements de pointe en chimie et en immunologie nécessaires à la poursuite des projets de recherche sur la COVID-19 menés à l’UQAM, incluant le développement de vaccins novateurs et l’identification de peptides synthétiques pouvant inhiber la capacité d’infection du virus.

La subvention de la FCI s’ajoute à celle des Instituts de recherche en Santé du Canada (IRSC) obtenue en juin dernier par Denis Archambault pour développer, en collaboration avec Steve Bourgault, un nanovaccin contre le virus SARS-CoV-2. Au cours des dernières années, ces deux professeurs ont développé ensemble des plateformes nanovaccinales contre des agents infectieux. 

Les autres chercheurs qui collaborent au projet de recherche financé par la FCI sont le Docteur Bradley Pickering, chef de l’Unité des agents pathogènes spéciaux du Centre national des maladies animales exotiques de l’Agence canadienne d’inspection des aliments, et le Docteur Darwyn Kobasa, chef du High Containment Respiratory Virus Group Special Pathogens du Laboratoire national de microbiologie à l’Agence de santé publique du Canada. Darwyn Kobasa a été un acteur de premier plan dans la mise au point du vaccin contre le virus Ebola.

PARTAGER